• Mes activités d’iridologie

Définition de L’Iridologie

L’iridologie appliquée, se présente comme un outil de bilan de santé et non comme une thérapie en tant que telle. Outre l’évaluation de l’état de santé, l’analyse détaillée de l’iris (en direct ou par agrandissement photographique) révèle les prédispositions individuelles à certaines maladies. Celles-ci peuvent être associées au bagage génétique ou à des facteurs environnementaux ou émotionnels.

C’est cette faculté de découvrir des faiblesses organiques avant même l’apparition des symptômes qui distingue l’iridologie des autres méthodes.

L’iris agit comme une zone de projection de tout le corps. Chaque organe, et son état y sont représentés. Cela permet, moyennant une lecture adéquate, d’établir un bilan de santé. Selon la cartographie de l’iris, l’œil représente une véritable carte géographique du corps. La localisation d’un signe particulier dans une zone spécifique indique quel organe pourrait être atteint. Cette cartographie est au centre de la démarche d’analyse.

Je recherche différentes informations qui ont comme but de confirmer les premiers constats faits lors de mon bilan naturopathique.

L’iridologie ne donne aucune date, aucune prédiction.

Pour prendre l’exemple de la morphologie, l’obésité d’une personne n’implique pas obligatoirement (prédiction) des troubles métaboliques, cardiovasculaires ou autres. Il faut croiser les présupposés de l’iridologie avec le mode de vie, les habitudes alimentaires, les sources de stress afin de pouvoir conseiller les meilleures mesures préventives pour le sujet examiné.

Un bilan iridologique n’a de sens que dans un contexte particulier, et doit aller de pair avec une anamnèse, un temps de parole client. L’iridologie est une source d’information, aussi bien pour le thérapeute que pour la personne examinée. L’iridologue a besoin aussi des connaissances subjectives que le sujet a de lui-même.

Concrètement, les iridologues étudient la couleur, la texture, la pigmentation, le relief et un ensemble d’autres facteurs qui définissent la particularité de chaque iris. On peut regrouper ces observations en trois grandes catégories.

La tonicité des fibres qui composent la trame de l’iris donne une impression générale de l’état de santé. Ainsi, la fermeté ou, à l’inverse, le relâchement des fibres va de pair avec la résistance individuelle.

Les signes particuliers comme les taches, les dépôts, les bosses, les creux ou les couleurs agissent comme des indicateurs de faiblesses potentielles et de maladies.

L’iridologie pendant mes bilans de Naturopathie

« Les yeux sont le miroir de l’âme et l’iris le reflet de la santé»,

Claire Belle iridologue Brest, vous reçoit à son cabinet pour une consultation d’iridologie.

Je pratique l’iridologie à Brest lors de mon bilan de naturopathie. En effet cette analyse de l’iris me permets de confirmer les conclusions de mon bilan et de le compléter si besoin.

Le bilan iridologique se compose de trois parties

=>  L’observation, à l’aide d’un iridoscope (microscope ophtalmique) j’observerai l’iris de vos yeux

=>  Un cliché photographique sera ensuite réalisé pour mon analyse

=>  Enfin je procéderai à une analyse approfondie de votre iris (hors séance)

l’iridologue recherche différentes informations qui ont comme but de confirmer et d’actualiser ses observations objectives et leur interprétation. Les « tendances » impliquées par son bilan, héréditaires pour la grande part, sont des risques potentiels. Il faut ensuite croiser les présupposés de l’iridologie avec le mode de vie, les habitudes alimentaires, les sources de stress afin de pouvoir conseiller les meilleures mesures préventives pour le sujet examiné.

L’iridologue s’attachera surtout à vous signaler vos prédispositions particulières et vous recommandera des habitudes alimentaires adaptées et, éventuellement, une hygiène de vie préventive. (Voir l’analyse ci dessous)

L’analyse en iridologie

L’iridologue s’intéresse, après la couleur de l’iris, sa texture (trame) et son relief, à tous les signes, taches, lignes et plis inscrits en surface. C’est sur la constitution de base que viennent se greffer ces éléments locaux :

–      Les signes sont les trous de la trame, appelé ogives (petite taille), vacuole (taille moyenne) et lacune (grande taille). La perte de substance du tissu irien est mise en correspondance avec des pertes de solidité des organes correspondants les ogives sont aussi attribuées aux effets secondaires d’une inflammation ancienne.

*  Les taches sont des couleurs locales ou sectorielles différentes de la couleur fondamentale. L’iridologie considère qu’elles représentent des surcharges en métabolites dans l’organe correspondant. Elle les sépare en deux catégories :

* Taches acides : les couleurs en sont le blanc, le jaune, l’orangé et le noisette clair. Leurs effets sont l’irritation, la douleur et l’inflammation,

*  Taches alcalines : marrons ou noires, elles sont conçues comme responsables de phénomènes de sclérose (durcissement, enraidissement).

–     Les lignes : sont appelées ainsi des fibres de la trame irienne hypertrophiées. Elles sont en rapport avec une souffrance chronique de l’organe correspondant.

–      Les plis sont des lignes en creux, soit circulaires, soit radiaires : les plis circulaires sont appelés « anneaux de crampe » et les radiaires « rayons de soleil » (radii solari). Les anneaux de crampes sont interprétés comme des indices d’états spasmodiques proches de la spasmophilie. Les rayons de soleil sont les signes iridologiques de tensions des plexus nerveux autonomes et rachidiens, leur rapport envisagé avec les problèmes traités par la posturologie.

Histoire de l’iridologie

La première cartographie vraiment détaillée de l’iris apparaît au cours des années 1950, sous l’impulsion d’un chiropraticien américain, Bernard Jensen. Il est reconnu encore aujourd’hui comme un des maîtres à penser de la discipline. L’école Jensen intègre des notions de naturopathie, donnant ainsi une base plus concrète et pratique à l’iridologie. L’étude de l’iris s’accompagne alors de traitements d’ordre nutritionnel.

La popularité de l’iridologie s’accroît depuis les années 1990, notamment grâce aux progrès technologiques en matière d’informatique et de photographie. Praticiens et clients se sont multipliés en Europe et en Amérique du Nord. D’après un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé, l’iridologie, même si elle demeure marginale, est une thérapie alternative bien implantée dans plusieurs pays européens. En France et en Norvège, par exemple, elle se classe au 8e rang des thérapies alternatives les plus utilisées, juste derrière l’acupuncture, l’homéopathie, la phytothérapie, la chiropratique, l’ostéopathie, la kinésiologie et l’hydrothérapie.

L’iridologue scrute l’iris de chaque œil à l’aide d’appareils spécialisés, composés de systèmes optiques et de sources lumineuses. Il peut également prendre des photographies qui seront ensuite agrandies, parfois traitées informatiquement, et interprétées. Certains iridologues terminent leur examen en s’intéressant à la partie blanche de l’oeil, une technique appelée sclérologie.

Généralement, les résultats sont dévoilés au patient au cours d’une 2e consultation. À partir du bilan de santé.

L’iridologie est une technique utilisée en médecine non conventionnelle.

L’iris est la partie jaune-vert entourant la pupille. La surface extérieure blanche est appelée la sclère, dont la partie centrale transparente est la cornée.

Claire Belle Naturopathe – Iridologue Heilpraktiker

Claire Belle Naturopathe Brest

15 rue Traverse  

29200 Brest

06 95 38 37 87

clairebellenaturopathe@gmail.com

Heilpraktiker BrestFENAHMAN BrestOMNES Brest

0 Partages
+1
Tweetez
Partagez
Partagez